[./france.html]
[./gal_reunion.html]
[./maurice.html]
[./chili.html]
[./maroc.html]
[./liban.html]
[./lituanie.html]
[./galeries_type1.html]
[./ciel.html]
[./bretagne.html]
[./nature.html]
[./martiniques.html]
[./built.html]
[./built.html]
[./auteur.html]
[./adresses.html]
[./techniquespano.html]
[./expo.html]
[../perso/perso.html]
[./lien_photo.html]
[./toile.html]
[./martiniques2.html]
[./martiniques3.html]
[./martiniques4.html]
[http://www.horizons-panoramiques.com/pages/diapo_grenadines4.html]
[http://www.horizons-panoramiques.com/pages/diapo_grenadines5.html]
[http://www.horizons-panoramiques.com/pages/diapo_grenadines6.html]
[http://www.horizons-panoramiques.com/pages/diapo_grenadines7.html]
[http://www.horizons-panoramiques.com/pages/diapo_grenadines8.html]
[http://www.horizons-panoramiques.com/pages/diapo_grenadines9.html]
[./legal_notice.html]
[./horizons_panoramiques2c_photographie_de_paysages.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Les îles Grenadines : Sainte Lucie
SAINTE-LUCIE

Sainte-Lucie est véritablement l’île sauvage par excellence. On y marche, on y fait du cheval, on y emprunte les barques des pêcheurs pour découvrir ses côtes sauvages et ses hautes falaises peuplées d’oiseaux tropicaux. C’est d’ailleurs une impression de nature qui frappe au premier regard, quand on aborde les côtes de l’île en bateau. C’est ce même sentiment qui étreint le voyageur lorsqu’il s’éveille à l’escale de Marigot Bay inondée de soleil. Le miroir de l’eau calme renvoie le reflet des berges escarpées et couvertes d’une végétation dense.
Grande comme la moitié de la Martinique dont elle est la voisine, Sainte-Lucie a pour capitale Castries, un gros bourg qui a vu se disputer durant deux siècles Anglais et Français après que ces derniers l’aient chipée aux Espagnols.

Si les premiers ont finalement eu la mainmise sur l’administration coloniale jusqu’à l’indépendance de l’île en 1979, les seconds ont laissé leur empreinte à travers les noms des villages (Soufrière, Vieux-Port, Morne Paix…) et par le créole appelé ici « patois ».

Les vestiges du Fort Charlotte sur les hauteurs de Castries ou ceux de la presqu’île de Pigeon Island rappellent cette histoire mouvementée, de même que l’épave gisant au sein du parc sous-marin de Vieux Fort.
La plongée sous-marine est d’ailleurs une activité d’importance à Sainte-Lucie, notamment vers le sud et la côte caraïbe (ouest) où les récifs de corail sont les plus accueillants, protégés par de nombreuses réserves marines. C’est aussi sur ces côtes-là que se trouvent les plages les plus belles, baignées d’eau tiède et cristalline.
Sur la côte Ouest, on découvre l’un des plus beaux panoramas de l’île, Piton Bay, au sud du petit village typique et coloré de Soufrière. La baie encadrée de deux énormes pitons dominant la mer constitue en effet l’une des cartes postales les plus connues de toutes les Antilles. La découverte de ce site fabuleux par bateau permet d’admirer le spectacle des géants de lave endormis pointant vers le ciel, notamment admirable en fin de journée, lorsque les feux du couchant illuminent l’ensemble d’une lumière dorée.

Mais on vient surtout à Sainte-Lucie pour découvrir sa montagne recouverte d’une végétation dense et préservée. Pour y frissonner au sein de son volcan aussi, l’intérieur de son cratère étant, fait unique au monde, accessible aux promeneurs qui s’y baladent entre fumeroles et lac de boue en ébullition permanente. Sur les pentes du volcan surplombant Soufrière, les Sulphur Springs vous permettront de vous immerger dans une eau chaude et soufrée aux vertus thérapeutiques indéniables.

Dans l’ensemble de l’intérieur de l’île, les randonneurs amoureux de la nature découvriront des paysages envoûtants de gorges et de vallées profondes entre des mornes et des pics volcaniques assoupis. La forêt de frangipaniers et de gommiers géants, teintée d’orchidées et d’hibiscus, résonne du chant d’une multitude d’oiseaux tropicaux aux couleurs vives dont le célèbre perroquet de Sainte-Lucie qui se fait malheureusement de plus en plus rare.

La visite des villages côtiers ne manque pas de charme. De Vieux-Fort, avec ses maisons à arcades et encorbellements, à Anse-la-Raye avec ses cases en bois colorées. Animée tout le reste de la semaine, Soufrière s’endort le dimanche, ne livrant que son front de mer aux transes de dizaines de jeunes sainte-luciais venus par minibus et bateaux entiers, s’enivrer de rhum et de musique sous le soleil de la baie. Et c’est bien la meilleure façon de partir à la rencontre d’une population accueillante et chaleureuse qui saura compléter de la meilleure façon qui soit une découverte aux accents de la douceur caraïbe.

Copyright © 2006-2007 Xavier BEGUET- Legal Notices